Visite de l´exposition
“Rafael Alberti: un siècle de création vivante”

      

En 1998, le roi et la reine d’Espagne, Don Juan Carlos et Doña Sofía, venaient à El Puerto de Santa María inaugurer l’exposition permanente Rafael Alberti: Un siècle de création vivante. Cette exposition, qui occupe tout le rez-de chaussée du bâtiment, reçoit chaque jour des visiteurs de toutes nationalités. A travers les différentes salles, on découvre la biographie du poète sur de grands panneaux. Son singulier parcours chronologique intimement lié à l’histoire y est retracé avec une fidèle minutie à l’aide de photos et de dessins qui rendent compte de sa vie désormais mythique, de son oeuvre littéraire et picturale, de ses idées et de ses 39 années d’exil en France, en Argentine et en Italie.

Depuis son premier recueil de poèmes, Marinero en Tierra [Marin à terre] (1924), jusqu’à Canciones para Altair [Chansons pour Altair] (1989) et le troisième volume de ses mémoires qui complète La Arboleda perdida [La Futaie perdue] (1996), l’oeuvre d’Alberti a été l’exemple exceptionnel d’une vie intense consacrée à la création artistique.

         La vie légendaire de Rafael Alberti apparaît dans son importante bibliographie. De fait, il est très difficile - et presque impossible - de trouver une de ses compositions que la réalité de sa propre vie n’ait pas influencée, ce qui fait de lui un des auteurs les plus autobiographiques de sa génération. Sa naissance à El Puerto de Santa María, sur les berges de la baie de Cádix - la plus ancienne zone portuaire d’occident - ne pouvait pas être fortuite et marquera à jamais sa vie et son oeuvre.

Parcourir l’exposition permanente Rafael Alberti: Un siècle de création vivante c’est à chaque pas un éclair de couleurs et de lumières, où transparaissent la forte personalité du poète, son impressionante capacité à créer, la force et le lyrisme du personnage éclatent à travers des dessins, des poèmes manuscrits, des lyricographies,... Une série de vitrines qui présentent des documents, des distinctions, des récompenses, des lettres, des livres d’Alberti traduits en plusieurs langues, atteste également de la répercussion de son oeuvre littéraire et graphique. Les panneaux présentent quant à eux de nombreuses photos d’Alberti qui rappellent les différents moments de sa vie privée et publique, défilé incessant d’images d’êtres aimés, d’amis, de personalités remarquables, et de ses innombrables voyages à travers le monde.

La Fondation Rafael Alberti se trouve à El Puerto de Santa María (province de Cádix) dans une maison de trois étages, de construction simple et typiquement andalouse, blanche et lumineuse, où le poète vécut les premières années de sa vie. On y trouve non seulement ses souvenirs d’enfance, mais aussi les dons que lui et sa première épouse, María Teresa León, firent à la ville en 1978, ainsi que des apports réguliers qui complètent l’oeuvre et la biographie intenses du poète.

En 1999, la Mairie de El Puerto Santa Maria consciente de ce que la Fondation représentait pour la baie gaditane un des foyers culturels les plus importants acheta l´édifice attenant afin que l´exposition sur le poète puisse être amplifiée. Le Ministère de la culture, la Consejeria de Cultura de la Junta de Andalucía, la Diputación de Cadiz, la Mairie de El Puerto Santa Maria collaborèrent au projet, lui donnant cette splendide réalité. Le 16 décembre 2002, à l´occasion de la commémoration centenaire de la naissance de Rafael Alberti, fut inaugurée le nouveau siège de la Fondation, qui peut ainsi déjà montrer ses fonds avec de nouveaux espaces d´exposition, l´agrandissement de la bibliothèque, la salle audiovisuelle et une salle de conférences. C´est aussi à l´occasion de son centenaire que furent publiées les Œuvres Complètes du poète. Tout fût fait pour que le désir le plus intime de Rafael Alberti en tant que créateur:“ L´illusion mais aussi la vaine espérance de ce que le temps qui passe n´efface pas mes traces de tant de chemins parcourus”- comme il l´écrivit dans ses mémoires- puisse s´accomplir avec la grandeur et la dignité que son nom universel mérite.

 

        

 

Ground Floor

PANNEAUX

"1902-17"

Enfance et adolescence à El Puerto de Santa María.

"1917-30"

La famille Alberti-Merello part pour Madrid.
Nostalgie du paysage maritime de El Puerto.
Première vocation: la peinture. Résidence d’étudiants. Alberti reçoit le Prix National de Littérature.
Il se lie d’amitié avec le groupe de poètes qui sera connu plus tard comme “Génération de 1927”.

"1931-39"

République et Guerre Civile. Engagement social et politique.

"1939-77"

L’Exil: France, Argentine, Italie. Nostalgie de l’Espagne. Il se consacre à l’écriture, mais sa vocation picturale ressurgit. Prix Lénine de la Paix.

"1977-98"

Retour en Espagne. Député du Parti Communiste Espagnol à Cadiz au premier Parlement de l’Espagne démocratique. Participation active à la vie politique en tant que “poète dans la rue”. Prix National de Théâtre et Prix Cervantes de Littérature. Alberti fixe sa résidence à El Puerto de Santa María.

Premier étage

 

Salle audiovisuelle
Elle se trouve au premier étage de la Fondation. Vous pourrez y voir une vidéo qui retrace différents moments de la vie du poète jusqu’à ses derniers jours, avec en fond sonore des enregistrements de sa voix. La très belle collection de dessins “Las cuatro estaciones” (“Les quatre saisons”), réalisée à Rome en 1977, éclaire les murs et témoigne une fois de plus de la fascination du peintre pour les couleurs et la lumière.

Salle “María Teresa León”
Dans cette sale dédiée à María Teresa León, qui a partagé 50 ans de sa vie avec le poète, on peut voir, à travers photos et divers documents, l’importance de son oeuvre littéraire, de sa participation active à la vie politique, ainsi que l’heureuse vie commune qu’elle a menée auprès du poète.

Bibliotheque
Elle compte environ 7000 exemplaires, provenant en partie des dons que fit le couple Alberti-León à la ville d’El Puerto de Santa María. Ces livres appartenaient à leur résidence romaine, et on y trouve une grande variété de genres littéraires, des premières éditions de grande valeur et des exemplaires dédicacés au poète par les plus grands écrivains du siècle. Sur les murs, on peut admirer une pièce importante de l’œuvre d’Alberti, “El lirismo del alfabeto” (“Le lyrisme de l’alphabet”) réalisée en 1969 en Italie, composée d’une succession de 25 lettres empreintes d’originalité et d’un très beau poème où s’expriment encore une fois son extraordinaire génie artistique et sa sensibilité.


PLAN

• 956 850 711 - 956 850 960   • 956 852 299 
•Secretaría, administración y Dirección:   fundacion@rafaelalberti.es
• Consultas bibliográficas, biblioteca y archivo: biblioteca@rafaelalberti.es